Poser soi-même sa porte fenêtre

Poser soi-même sa porte fenêtre n’est réellement pas chose impossible  à qui sait s’organiser et observer quelques règles et précautions de base, valables aussi d’ailleurs pour d’autres travaux de construction et de bricolage.

La première de ces règles est sans doute de se munir, avant de débuter les travaux du matériel et du temps nécessaire à leur réalisation. La pose d’une porte fenêtre prend en général une journée. Bien préparer cette journée en amont est un gage de réussite.

Petit matériel

Le petit matériel que vous utiliserez pour la pose de la porte fenêtre fait partie du matériel habituel des bricoleurs. Un niveau à bulle, des serre joints, une meuleuse, une perceuse avec des embouts adaptés à différentes visseries (bien vérifier que vous disposez des embouts spécifiques à la visserie que vous serez amené à utiliser pour  la fixation du dormant dans son support)

Matériel spécifique au travail de pose

Pour l’étanchéité à l’air, un rouleau de  joint en mousse comprimée avec une face adhésive (joint en polyuréthane imprégné de résines synthétiques). Les joints de marque Compriband sont souvent recommandés. Ils résistent très bien aux intempéries et aux UV et présentent également une  très bonne étanchéité à l’eau. Pour l’étanchéité à l’eau à l’extérieur, du mastic silicone. Celui-ci se trouve en ton pierre pour une meilleure adaptation au coloris de la porte fenêtre si besoin. Une mousse de polyuréthane sera utile pour achever l’isolation entre le bâti et la menuiserie. Des vis spéciales enfin pour la fixation du dormant, en fonction du support sur lequel il faudra le fixer.

La porte fenêtre

Le point le plus important est de choisir une menuiserie isolante. La porte fenêtre peut être réalisée sur mesure mais on trouve dans le commerce les principales dimensions standards généralement pratiquées pour les ouvertures dans les bâtiments. Le choix du vitrage est aussi important que celui du matériau. Bois, PVC, alu, tous ont leurs avantages et inconvénients et pour tous, l’isolation sera d’autant plus performante que la menuiserie aura été bien posée. D’où la nécessité d’y apporter le plus grand soin.

La préparation à la pose

La vérification de la feuillure est très importante. Celle-ci doit être d’une parfaite régularité sous peine de générer des défauts de scellement et d’isolation. Les irrégularités éventuelles seront corrigées à la meuleuse. De même pour le seuil, qui doit être précisément aux côtes. Des encoches sont réalisées à chaque extrémité à la meuleuse également.

Avant le montage définitif, un montage à blanc (sans fixations), est effectué afin de vérifier si la fixation pourra s’effectuer sans défauts ni dommages. Au besoin, corriger les imperfections et refaire un montage à blanc.

L’étanchéité à l’air se fait grâce au collage d’un joint (type Compriband) sur le pourtour de la baie. C’est l’expansion du joint qui assurera la performance de l’isolation et la suppression des infiltrations. Le plus grand soin doit être apporté à son collage qui doit se faire en continu par retrait progressif du papier de protection de l’adhésif. L’étanchéité à l’eau est assurée par la pose d’un joint silicone que l’on applique, côté extérieur, contre le joint d’étanchéité à l’air, avant la pose de la porte fenêtre.

La fixation de la porte-fenêtre 

Le dormant vient prendre sa place dans l’ouverture. On utilise un ou des serre-joints pour le caler et le maintenir dans la bonne position. Pour accéder aux trous de passage des vis qui sont situés derrière les fiches mâles, il suffit de les tourner. Le filetage autotaraudeur des vis utilisées pour la fixation du dormant permet son serrage contre le support, sans écrasement. Deux vis sont ajoutées dans la partie haute, sur les côtés. Traversant les tapées, elles viennent consolider la tenue de la menuiserie là où elle est le plus sollicitée. L’ouverture et la fermeture des vantaux doit se faire facilement et sans heurts. Des réglages, effectués sur les fiches femelles, à l’aide d’un tournevis, peuvent s’avérer nécessaires. Avant la fixation définitive du dormant, il est conseillé d’installer les vantaux dans les gonds pour vérifier leur bon alignement. Cela permet, si besoin, d’intervenir sur la position du cadre et de la modifier.

L’injection d’une mousse de polyuréthane entre l’isolant placé tout d’abord et les tapées vient terminer l’isolation en assurant sa continuité. A l’extérieur, un joint de silicone adapté à la couleur de la porte fenêtre est appliqué entre la menuiserie et le mur.

Jusqu'au 24 Mai

Votre pergola bioclimatique