Essence de bois, gros plan sur le Douglas

L’utilisation du Douglas est très répandue dans la construction. C’est un bois issu d’une essence d’arbre, un résineux originaire des États-Unis et plus précisément de la côte ouest. Appelé là-bas Pin d’Oregon, il a pris chez nous le nom de pin Douglas.

Le pin Douglas

Tout d’abord arbre d’ornement dans les parcs anglais lors de son introduction en Europe (1830), il est exploité à des fins de production depuis le début du vingtième siècle. Cet arbre, grâce  ses grandes capacités d’adaptation, est actuellement le plus utilisé pour le reboisement en France. En particulier en moyenne montagne. Il se différencie à présent du pin d’Orégon que l’on trouve au nord du continent américain en particulier dans les forêts primaires du Canada et au nord des États-Unis. Malgré la présence de davantage de nœuds et un grain moins fin que le pin d’Orégon, resté sauvage, les qualités du Douglas pour la construction le situent en bonne place dans ce domaine.

Les qualités du Douglas

De croissance rapide, le Douglas présente de bonnes qualités de durabilité. Il doit toutefois avant toute utilisation être totalement purgé d’aubier, cette partie jeune du bois, située entre le cœur et l’écorce de l’arbre est en effet  très sensible aux insectes.  C’est de son cœur, appelé duramen, que le Douglas tient ses qualités de durabilité naturelle et de résistance aux parasites (insectes et champignons). Celles-ci sont, pour le Douglas, supérieures à celles de la plupart de ses concurrents en Europe. Les arbres utilisés pour la construction sont issus de la sylviculture. Celle-ci est très développée en France. Avec  une production de plus d’un million de m3 par an, le pays est aujourd’hui le  producteur européen numéro un de cette essence. Le Douglas est par ailleurs le 3ème résineux sur pieds présent dans sur l’hexagone. Arrivant à maturité entre 40 à 70 ans après sa plantation, il conduit nécessairement à une gestion durable de l’exploitation et participe à l’amélioration de la qualité de l’environnement. Nous lui devons la rétention de quelque 4 millions de m3 de CO2 par an.

Le Douglas dans la construction

Le pin Douglas répond positivement aux attentes des constructeurs. Ses applications dans le domaine sont nombreuses. Avantageusement utilisé comme bois de structure grâce à ses qualités structurelles et mécaniques, pour la fabrication de charpentes par exemple, il habille également les façades (bardages). Il est aussi utilisé pour le revêtement des terrasses et entre dans la composition de produits industriels tels que le bois lamé collé ou le bois reconstitué.

L’utilisation à des fins de rentabilité, par certains constructeurs, de Douglas présentant un pourcentage d’aubier incompatible avec une bonne durabilité du  produit pour la réalisation de parement et de bardage, doit conduire le consommateur à une grande vigilance dans le choix du Douglas. Des classifications ont été établies afin que le consommateur puisse s’y retrouver. Pour une bonne durabilité du produit, le mieux est l’emploi de « bois rouge » autrement dit expurgé à 100% de son aubier. Si la mise en place du Douglas n’a pu se faire dans le respect de cette exigence, il faudra veiller à traiter le bois de façon scrupuleuse et ne pas hésiter à renouveler l’opération au fil du temps.

L’aspect du Douglas

La coloration naturelle du Douglas provient de son duramen. Très caractéristique, elle présente une couleur rose avec des couches de rayures rouges naturelles.  Le veinage du bois est marqué de cernes, témoins de sa croissance rapide. Son aspect rustique et sa couleur spécifique associés à sa durabilité en font un produit plébiscité dans le domaine de la construction.

Jusqu'au 24 Mai

Votre pergola bioclimatique